legende la photo

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Oumar GUEYE, s’est engagé pour "des solutions définitives" pour l’assainissement de Saint-Louis (nord), où il était en visite d’inspection technique et d’évaluation des infrastructures d’assainissement de la ville. ‘’L’attente des populations est énorme à tous les niveaux envers le nouveau régime et l’exigence d’un environnement sain figure parmi les préoccupations majeures des citoyens qui ont plébiscité le Président Macky SALL’’, a-t-il dit souhaitant ‘’une rupture avec ce qui se faisait jusqu’ici’’. ‘’Nous avons constaté que globalement les recommandations du dernier Conseil interministériel sur l’assainissement à Saint-Louis n’ont pas été appliquées’’, a déploré M. GUEYE, nommé dans le gouvernement du Premier ministre Abdoul MBAYE. M. GUEYE a cité notamment le raccordement des stations de pompage au réseau électrique, ainsi que des problèmes d’inondation du lycée Charles De Gaulle de Saint-Louis. Sur ce dernier point, le chef du service régional de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (ONAS), Momath SOCE, a donné des garanties quant à son éradication avec le branchement du réseau sur celui de la SENELEC. Le ministre de l’Assainissement, qui a promis de veiller au respect des engagements donnés, n’exclut de revenir très bientôt sans avertir pour évaluer les actions menées dans le sens de résoudre ces problèmes récurrents à l’origine des inondations dans la ville de Saint-Louis. Par ailleurs, M. GUEYE a souhaité une harmonisation de toutes les activités ayant trait à l’assainissement au niveau du ministère. Il a déploré qu’un projet espagnol destiné à éradiquer l’inondation du lycée Charles De Gaulle ne soit pas pris en charge par les services de l’ONAS, mais il est géré par le ministère sénégalais de l’Intérieur. Le projet de restructuration de Pikine, également géré par la Fondation droit à la ville, doit entrer dans les compétences du ministère de l’Assainissement. Pour cela, il doit être réceptionné par la mairie de Saint-Louis pour permettre la signature d’une convention de gestion avec l’ONAS. L’extension du réseau d’assainissement de la ville vers Ngalelle et l’Université Gaston Berger (UGB) a été aussi évoquée au cours de cette visite du ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement. Il a été accueilli par le maire et non moins ministre de l’Aménagement du Territoire et des Collectivités Locales, Cheikh Bamba DIEYE. L’extension du réseau d’assainissement de la ville vers Ngalelle et l’Université Gaston Berger (UGB) a été aussi évoquée au cours de cette visite du ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement qui a été accueilli par son le maire et non moins ministre de l’Aménagement du Territoire et des Collectivités Locales Cheikh Bamba DIEYE.
APS


Don de la Commune de Saint Louis de quarante deux (42) sacs de riz et dix huit (18) cartons de lait au diocèse de Saint louis pour la Fête de Pâques.

legende la photo

Félicitations et pleins succès au nouveau gouvernement. Le peuple vous fait confiance et vous prodigue ses bénédictions. Gouvernement de rupture disons-nous et sa formation nous réconforte car le ton est donne et résolument. Saint louis, se retrouve avec trois ministres a savoir M.Cheikh Bamba DIEYE Maire de la ville (Ministre de l'Aménagement du territoire et des Collectivités Locales) Me Alioune Badara CISSE (Ministre des affaires Etrangères) et Khoudia MBAYE (Ministre de l'Urbanisme et de l'Habitat). Fière de ses fils et Fille, la ville tricentenaire attend de les voir jouer leur partition dans ce concert du développement de notre cher pays
Ca kaw Ca Kanam






legende la photoEt de trois, la coupe de Maire édition 2012 a vécu. Jeudi 19 janvier 2012, l’ambiance des grands jours a régné au stade Me Babacar SEYE qui comptait parmi ses pensionnaires du jour un hôte de marque M. le Maire Cheikh Bamba DIEYE. Accompagné d’une forte délégation, l’Edile de la vieille cité a fait une forte impression devant un public acquis à sa cause. Sur le terrain, deux rencontres ont précédé la grande finale entre le personnel de la mairie d’une part et d’autre part entre vétérans. Le match tant attendu et mettant aux prises dans le cadre d’un derby âprement disputé l’ASC Ndiolofène et l’ASC Fagaru a tenu toutes promesses. A l’issue de la rencontre, tard dans la soirée, dame coupe a choisi de se blottir dans les bras du capitaine de l’ASC Fagaru sous le regard du Maire ému devant tant de passion et d’engagement de la part de la jeunesse de sa commune. Dès lors, il ne lui restait qu’à donner rendez-vous pour l’année prochaine inchallah, pour une fête du sport encore

legende la photo

Le vote du budget 2012 a vécu ! En ce mercredi 28 décembre 2012 le Conseil Municipal s’est réuni en présence du Maire et du Préfet du Département de Saint Louis pour se pencher sur les recettes financières de l’année 2012 estimées à 2 126 372 574 Francs CFA. Après la lecture du rapport de présentation par le Maire devant une assistance attentive, les débuts furent lancés dans une ambiance de sérénité et d’objectivité. Les problèmes les plus prégnants au niveau de la commune restent le nettoiement avec une logistique tellement sollicité à cause de l’immensité de la tache qu’elle tombe souvent en panne , ce qui expose notre belle commune à la prolifération des ordures ménagères ; l’éclairage public est souvent revenu dans les débats tout comme les rapports pas toujours très fluides avec le Receveur Municipal dont une synergie avec le département financier de la mairie est d’une urgence nécessité,
Par ailleurs, les conseillers ont déploré les méthodes de convocation des sessions dont les délais ne permettent pas une bonne appropriation des documents. Le Secrétaire Municipal à la suite du Receveur Municipal, ont apporté des éclairages par rapport aux questions soulevées et l’intervention du Maire Cheikh Bamba DIEYE, avec la clairvoyance jamais démentie qu’on lui connait a mis tout le monde d’accord  avant de soumettre au vote le budget 2012 adopté à l'unanimité. La session municipale s’est achevée dans une ambiance bon enfant avec les élus conscients d’avoir remplis leur mission.
PS : les conseillers se sont émus de la coupure de courant par la SENELEC  pour une facture de 26 millions environ alors que les redevances au profit de la commune se chiffrent à 75 millions (selon leur calcul).

legende la photo26 et 27 décembre 2011 à la chambre de Commerce de Saint Louis.
La Commune de Saint-Louis met en œuvre, depuis plus d’une décennie, une politique de développement local ayant comme soubassement l’organisation et la participation des acteurs locaux à partir de l’échelle quartier. Cette stratégie, qui mobilise différentes catégories sociales dans divers domaines d’activités, a trouvé un terrain favorable au sein des conseils de quartier qui, au-delà de leur caractère fédérateur, constituent, de nos jours, un véritable cadre d’expression de la nouvelle citoyenneté. Par cette prise de parole publique sur des questions qui impactent sur le mieux être des populations, les femmes se sont imposées comme des acteurs clés des processus de changements socioéconomiques en cours dans la ville de Saint-Louis.En effet, elles sont devenues, au fil des années, les femmes leaders du développement local à travers leur forte mobilisation et les initiatives prises dans le cadre de la réduction de la pauvreté. En 2000, à la faveur d’un partenariat entre l’ADC et le Programme Elargi de Lutte Contre la Pauvreté (PELCP), les conseils de quartier de Khor et Eaux-Claires Diaminar ont été mis en place. Parmi les problèmes prioritaires identifiés dans les deux quartiers figurait le besoin de créer une mutuelle d’Epargne et de Crédit pour le soutien d’activités génératrices de revenus.
Une étude réalisée par l’ADC révéla la nécessité, dans un premier temps, de créer des entités fortes, non pas uniquement dans les deux quartiers d’intervention précités, mais dans les cinq qui disposaient de conseils de quartier. Concrètement, cet engagement des femmes s’est traduit par leur organisation en Union de Groupement de Promotion féminine (GPF) dont le premier embryon regroupe cinq (5) quartiers que sont Léona/HLM, Diamaguéne, Eaux-Claires/Diaminar, Darou et Khor. Cette Union de GPF qui réunit les femmes membres des conseils de quartier a jeté sur les fonds baptismaux la première structure de micro finance née d’une stratégie de développement local suivant les principes de la démarche participative. Dés sa naissance, la mutuelle « Suxali Jigeenu Ndar » ainsi dénommée par les femmes, bénéficiait de l’accompagnement et de la confiance de partenaires au développement comme le PNUD dans le cadre du Programme Elargi de Lutte Contre la Pauvreté, à travers une ligne de crédit de dix (10) millions de francs CFA. Cet appui s’est poursuivi par la création d’une unité de transformation des fruits et légumes, des céréales et des produits halieutiques dans le souci de valoriser l’action des femmes en matière d’économie familiale.
Depuis son installation, la nouvelle équipe municipale, s'est fortement engagée à soutenir et à encourager ces actions de développement. Les commissions municipales en charge du développement économiques ont aussi initié des actions pour un développement durable de la Commune de Saint-Louis.
Lire la suite

legende la photoMardi 20 décembre 2011.
L’analyse des secteurs économiques révèle un besoin pressant de concertation entre les opérateurs économiques et l’institution communale mais aussi une articulation des interventions pour l’ancrage d’une volonté politique locale réelle. Depuis 2000, la ville de Lille s’est engagée à accompagner  la ville de Saint-Louis dans la concrétisation de cette volonté à travers l’inscription d’actions et de projets structurants. Son soutien a permis à la ville de Saint-Louis de se doter, à travers l’ADC, de programmes à caractère économique : Programme de Promotion l’Economie Locale (PRODEL) en 2002, Programme de l’Economie Locale qui s’est mu en Pole Economie Locale devenu, à partir de mars 2010, Direction de l’Appui et du Partenariat avec le Secteur Privé (DAPSP). A l’actif de ces programmes, des tentatives d’organisation et de structuration de certains secteurs d’activités et de facilitation de la concertation entre les différents acteurs impliqués (opérateurs économiques, organisations professionnelles, Chambres Consulaires, Services déconcentrés de l'État, structures d’appui au développement…).  Celles-ci ont débouché sur la mise en place d’une cellule de réflexion dotée d’un plan d’action de l’économie urbaine vite tombée en désuétude. La création, par l’ADC, de la Direction de l’Appui et du Partenariat avec le Secteur Privé constitue une réponse dans le sens de faire aboutir des propositions en matière de promotion du développement de l’économie locale. A ce sujet, la Direction de l’Appui et du Partenariat s’est vue confiée les missions suivantes :
- La mise en place d’instruments de financements adaptés ;
- La facilitation de la collaboration entre la Commune et les institutions de micro finance sur les mécanismes pouvant assurer la promotion de l’appui conseil ;
- L’appui à la Commune pour qu’elle se dote d’instruments de programmation des investissements orientés vers les secteurs économiques;
- L’appui à l’organisation de la concertation avec les principaux acteurs de l’économie urbaine.
En inscrivant son action dans la recherche d’un dialogue inclusif avec l’ensemble des acteurs qui assurent la richesse sur l’espace communal, la Commune de Saint-Louis, avec le soutien de l’ADC s’est engagée dans l’organisation d’un atelier pour mettre en place un cadre de concertation, atelier au terme duquel, un plan d’actions annuel sera élaboré.
lire la Suite.

legende la photoLa qualité de vie des populations en général et, plus particulièrement, celles africaines vivant en milieu urbain, dépend, pour beaucoup, de la capacité des villes à leur procurer un environnement de qualité. La gestion des déchets solides est au cœur de cette problématique. Du fait de son impact sur l’environnement, la santé des populations et l’économie en général, la gestion des déchets solides doit faire l’objet d’une attention particulière de la part des autorités publiques. En dépit des moyens mobilisés, la question des ordures demeure préoccupante, notamment dans les centres urbains où le phénomène reste aggravé par l’urbanisation non maîtrisée. Cette situation appelle l’impérieuse nécessité d’assurer les bases d’une gestion intégrée et durable, des matières résiduelles générales, à tous les niveaux d’activités économiques et domiciliaires. Le problème tel qu’il est vécu au Sénégal se rencontre généralement partout en Afrique. Les collectivités locales auxquelles les politiques de décentralisation ont transféré la gestion des ordures, éprouvent d’énormes difficultés à assurer un service de qualité. Par ailleurs, d’autres facteurs sont mis en cause dans la dégradation du cadre de vie : incivisme de certaines populations, confusion de rôles entre institutionschargées de cette gestion, insuffisance des infrastructures et équipements de collecte et de gestion des déchets, manque de formation des acteurs etc. Tout aussi préoccupante est la mauvaise gestion, voire la non prise en compte du cas particulier des déchets biomédicaux dans le traitement des ordures. En interrogeant les processus, jusqu’ici, engagés par les collectivités locales, il faut remarquer que certaines d’entre elles ont développé des stratégies éprouvées avec des résultats mitigés. La ville de Saint-Louis en offre l’illustration. En acceptant de financer une étude relative à la révision de la stratégie de gestion des déchets solides à Saint-Louis, la Coopération Technique Belge (CTB) semble prendre la mesure des difficultés actuelles que vit le système de nettoiement à Saint-Louis.
Lire Le Rapport Provisoire.

legende la photo

La deuxième édition des 10kms de Saint-Louis s'est déroulée dimanche 27 novembre, à la place Faidherbe. De nombreux sénégalais, petits et grands, ont tenté leur chance pour remporter les nombreux lots de cette compétition. Entre sacs de riz, sucre, baskets et nombreuses sommes d'argent, les coureurs ont été dûment récompensés. Et le vainqueur de cette deuxième édition des 10 kms de Saint-Louis est : Samba Faye de l'Association Sénégalaise des Forces Armées (ASFA) ! Le champion de cette course sur route, catégorie senior, s'est vu remettre par le maire de la ville de Saint-Louis, Cheikh Bamba DIEYE, la somme de 1.000.000 de Francs CFA. Il est ainsi reparti à Dakar le sourire aux lèvres, espérant l'an prochain participer à nouveau à cette course. Du côté des dames, c'est Absa Diop qui a remporté cette course. Cheikh Tidiane Camara, Président de la ligue de l'athlétisme de la région de Saint-Louis, lui a ainsi remis la somme de 300 000 Francs CFA ainsi que de nombreux lots. Il faut retenir que les dix premiers de chaque catégorie ont été primés.  
Cette compétition est vouée à être internationalisée Kénya, Ethiopie, Mali, Maroc, Guinée-Bissau... des athlètes étrangers ont déjà demandé à participer pour cette deuxième édition. Mais, les organisateurs, la mairie de Saint-Louis et Jappo Events, n'ont pas voulu mettre la charrue avant les bœufs et préfèrent attendre d'avoir les moyens pour les recevoir, à savoir sûrement l'an prochain. Pour la troisième édition également, Cheikh Bamba DIEYE souhaite pouvoir récompenser le vainqueur de la compétition d'une somme de 1.500.000 Francs CFA et la gagnante de 1.000.000 Francs CFA. Des sommes qui devraient, dans les prochaines années, être multipliées par dix si la compétition continue de prendre de l'ampleur.

legende la photo

« Financement des Etudes pour l’Assainissement de Guet Ndar »

En visite en France pour 48 heures les 23 et 24 novembre sur invitation du Président Jean Louis DESTANS du Conseil General de l’Eure, Le Maire de Saint-Louis Cheikh Bamba DIEYE a signé un accord de partenariat avec le dit Conseil General et par la même occasion lancé les études pour le projet Assainissement de Guet Ndar par le Grec. Sur financement conjoint de l’Agence de l’Eau Seine Normandie et du Conseil Général de l’Eure. Cette Etude dont le financement est disponible ouvre la voie à la réalisation immédiate de l’Assainissement de Guet Ndar dès la fin des Etudes prévus pour le mois d’avril 2012 Guet Ndar cas d’école sera la porte d’entrée vers la prise en charge globale de l’Assainissement de la ville de Saint-Louis avec à terme la construction d’une station d’épuration qui bouclera le cycle de la gestion des eaux usées domestique dans la ville. Le maire a rendu un hommage mérité à Jean Jacques BANCAL par qui le projet a pris forme pour son engagement et son amour sa faille pour sa ville natale. Mention spéciale au Président Jean Louis DESTANS pour les action immédiates et positives qu’il a mené pour donner vie à ce partenariat mais aussi pour son souci de faire pour Saint-Louis avec les Saint-Louisines et la mairie de Saint-Louis en apportant toujours l’accompagnement technique et financier indispensable de l’Agence de l’ eau Seine Normandie et du Conseil General de l’Eure.

legende la photo

Ce mardi 22 novembre 2011 le service du nettoiement représenté par son directeur M. Arona NDIAYE et l'ensemble de son personnel ont reçu du Maire de la ville de saint Louis M. Cheikh Mamadou Abiboulaye DIEYE un lot d'équipements composé de : cent gilets fluo, deux cent masques simples à poussière, cent demi-masques nus à 01 cartouche, cent combinaisons de travail, dix kits individuels de protection, dix masques respiratoires panoramique, cent chaussures de sécurité, cent gants, cent conteneurs à déchets 240 litres et conteneurs à déchets 120 litres. Ces équipements sont un des fruits du partenariat entre  l'AIMF et la Commune de Saint Louis. Après les discours du directeur et des agents, l’édile a exhorté les populations de la ville de Saint Louis à plus de responsabilité sur la propreté de la ville. La salubrité de la cité nous incombe tous.

legende la photoEn ce jour 19 novembre 2011, vous avez Monsieur le Président de la République, pris la décision de venir, personnellement, procéder à l’inauguration d’un patrimoine d’une richesse exceptionnelle qui a toujours façonné la ville de Saint-Louis et qui continue de rythmer la vie économique et sociale des populations de la langue de Barbarie, de l’île et du faubourg de Sor.
La réhabilitation intégrale du pont Faidherbe, colonne vertébrale de la cité de Mame Coumba Bang est une source de joie bien visible et une fierté manifeste de la part de tous les Doomou Ndar. Avec un accueil aussi coloré qu’enthousiaste, vous mesurez monsieur le président de la république la joie et le plaisir que la ville de Saint-Louis, « parée de ses plus beaux atours » éprouve en vous accueillant pour l’inauguration du nouveau Pont FAIDHERBE, symbole de la coopération et des relations séculaires entre la France et le Sénégal et plus subtilement du lien affectif entre la France et la ville de Saint Louis.
Monsieur le Président de la république, Les populations de la ville de Saint-Louis et le Conseil municipal, vous sont reconnaissants d’avoir marqué votre accord pour que ce projet, qui était le rêve de tous les Saint louisiens, devienne réalité.
Elles vous expriment aussi leur gratitude et satisfaction et souhaitent partager avec vous et avec toute la délégation qui vous accompagne, ces moments qui resteront gravés dans notre mémoire collective et individuelle. En leur nom et au nom du Conseil Municipal, je vous souhaite Monsieur le Président de la République, la bienvenue chez vous ainsi qu’à toutes les éminentes personnalités qui vous accompagnent.

Lire le discours du Maire de Saint Louis Cheikh Bamba DIEYE


Du 27 au 31 octobre 2011, Monsieur Pierre COHEN, Député-maire de Toulouse, son épouse et la délégation qui les accompagne, ont été les hôtes de Monsieur Cheikh Mamadou Abiboulaye DIEYE, Député-maire de la Ville de Saint-Louis, du Conseil Municipal et des populations de Saint-Louis, à l’occasion d’une visite d’amitié et de travail. La délégation de Monsieur le Maire de Toulouse comprend :
- Madame Françoise HENRY, Directrice de Cabinet ;
- Le Docteur Jean Louis DUCASSE, Chef du Service d’aide médicale urgente ;
- Alain DUTEMPS, Conseiller du Directeur Général de l’Agence de l’Eau Adour Garonne ;
- Monsieur Christian JULIA, Expert conseiller Agence de l’Eau Adour Garonne ;
- Madame Bérangère LARTIGUE, Enseignante à l’Université Paul SABATIER de Toulouse ;
- Madame Gisèle TEULIERES, Directrice des Relations Internationales de la ville de Toulouse ;
- Boubacar SAGNA, chargé de mission à la Direction des Relations Internationales de la ville de Toulouse.

Lire les éléments de synthèse

legende la photoLa Commune de Saint- Louis vient de se doter d’un Centre de prétraitement et de recyclage des Déchets Plastiques sise à la rue Coumba DIENG Diolofféne. L’inauguration a eu lieu ce mardi 04 octobre 2011 en présence du Maire de la Commune Mr Cheikh Mamadou Abiboulaye DIEYE, d’une forte délégation Municipale et des principaux responsables de la coopération espagnole. Dés l’arrivée du Maire de la commune sur les lieux, une visite guidée a été initiée par M.Sané ,des responsables de la CDIG et au cours de laquelle des explications sur le fonctionnement et l’intérêt d’une telle entreprise ont été fournies. Au terme de cette visite, ce furent des échanges de civilités autour de speechs prononcés par les deux délégations ponctués par un cocktail à l’issue desquels les journalistes présents ont tendu leur micro au premier Magistrat de la ville pour recueillir ses impressions et sentiments. Sur le chemin du retour, un arrêt a été effectué au niveau de la station de pompage d’eaux pluviales sise à quelques 200 mètres. Là aussi, le Maire de la commune en a fait quelques recommandations pour une réelle prise en charge de problèmes qui préoccupent les populations.

legende la photo
Lundi 3 octobre 2011 un conseil municipal en neuf points, pour la deuxième session ordinaire dudit conseil au titre de l’année deux mille onze.
Le premier point intitulé informations, a permis au Maire de communiquer sur l’ensemble des résultats obtenus avec les partenaires en terme de financement de projets et programmes. Plus de dix projets dont le financement est bouclé ont été annoncés par le Maire.L’autre point de l’ordre du jour a porté sur les deux premières autorisations spéciales de 2011 relatives au fonds de dotation et au fonds de concours. Les virements de crédit qui faisaient l’objet du troisième point de l’ordre du jour consistaient essentiellement en des virements de régularisation pour les années 2009 et 2010 en plus du premier virement de l’année 2011. Les autres points, tournaient autour de lotissements en cours, ou à créer, d’autorisations de signature de bail pour l’implantation de projets économiques, de recensement et sondage de recettes, d’affectation de biens, droits et ressources liés au legs Henry JAY à la fondation du même nom avec adoption des statuts de celle-ci, ainsi qu’une discussion générale autour d’une réclamation de Monsieur Youssou NDIAYE ancien Ministre qui souhaite voir le site relais de collecte d’ordures ménagères de Darou faire l’objet d’une délocalisation.

legende la photo

Vendredi 30 septembre, deux cérémonies réunie en une à la Mairie de Saint Louis pour donner aux délégués de quartiers une signification Sociale encore plus appuyée en les dotant de symboles importants. Ainsi, sur la lancée de la nouvelle délimiration des quartiers de Saint Louis et du nouveau profil du délégué de quartier, ceux déjà existant et remplissant les conditions ont reçu des mains du premier Magistrat de la ville une écharpe, un drapeau, un registre et un cachet. Il fallait voir la fierté de nos vaillants délégués de quartiers arborer fièrement leurs écharpes en bandolier ,sourire aux lèvres pour comprendre que quelque chose était entrain de changer et les propos du doyen Fara YADE ,délégué du quartier haut nord corroborant parfaitement ce nouvel état d’esprit, qui veut que le délégué de quartier soit le prolongement du Maire dans les moindres recoins de la ville .
Cette cérémonie aussitôt terminée, a fait place à une seconde, celle-là qui concerne les femmes
relais gérantes des kiosques pour la récupération des déchets plastiques. Tour à Tour, rayonnantes et joyeuses, elles sont venue prendre des mains de l’édile de la ville des chèques de 50 000f comme fonds de roulement .La remise de ces chèques faut–il le rappeler, préparait déjà l’inauguration du centre prétraitement et de recyclage des déchets plastiques.
Taaru ndar, Teranga.

legende la photoDans le cadre du programme initiative ville et changement climatique (CCCI) lancée en 2008 par ONU HABITAT qui associe cinq villes africaines dont Saint-Louis, un important atelier se tient du 26 Septembre au premier Octobre dans la ville tricentenaire sur les stratégies de mitigation et d’adaptation au changement climatique et impliquant quarante jeunes Saint-Louisiennes et Saint-Louisiens.
De longue date, les autorités étatiques et municipales ont fait faire plusieurs études .La derniere en date a été conduite à la demande de la Commune de Saint-Louis et d’ONU HABITAT par Monsieur Rob Stejim, Directeur du Management cotier du groupe ARCADIS, Etude dont les résultats ont conduit à la tenue du Forum International sur les Changements climatiques durant le mois de Décembre de l’année derniere.
Cet atelier s’inscrit donc dans cette demarche qui fait de notre ville un lieu de reflexions, de débats et d’actions, selon une approche expérimentale et reproductible, en matiere alternative et d’adaptation aux changements climatiques liés à la problematique de l’érosion cotiere . A cette occasion, plusieurs communications seront produites nottamment par des universitaires et des techniciens, au profit des jeunes, informés et formés pour servir de relais dans les differents quartiers à travers la ville.

Monsieur le Préfet du Département de Saint-Louis ; 
Monsieur le Président de la commission permanente « Décentralisation et Démocratie locale » de l’AIMF, Maire de la ville de Saint-Louis;
Monsieur le Représentant du Secrétaire permanent de l’AIMF ;
Monsieur le Représentant de l’Association des Maires du Sénégal (AMS) ;
Monsieur l’inspecteur Départemental de l’Education de la commune de Saint-Louis;
Mesdames, Messieurs les élus ; 
Mesdames les Formatrices de l’Office de la Consultation Publique de Montréal;
Chers participantes et participants.
En ma qualité de Présidente du comité d’organisation du séminaire de formation, dont le thème porte sur la consultation publique, je voudrais, au nom du Maire de la ville de Saint-Louis, et de l’ensemble du Conseil Municipal, vous souhaiter la bienvenue, à Saint-Louis du Sénégal, ville tricentenaire, caractérisée par son hospitalité légendaire. A l’entame de mon propos, je voudrais remercier très sincèrement le Président de la Commission Permanente « Décentralisation et Démocratie locale » de l’AIMF d’avoir bien voulu porter son choix sur Saint-Louis pour accueillir le séminaire qui bénéficiera de l’expertise reconnue de l’office de consultation publique de Montréal. En abordant le thème de la consultation publique, il s’agira d’apprécier l’importance de la participation citoyenne, de la concertation ; en un mot de la démocratie participative qui est le pendant de la démocratie de représentation. De façon spécifique, en insistant sur la consultation publique appliquée à l’école de base, il s’agit de nous accorder sur l’importance que revêt l’éducation d’une manière générale dans la vie de nos concitoyens. Les différentes sessions qui vont être organisées et leurs contenus scientifiques qui seront exposé, seront, j’en suis persuadé, d’un apport fécond pour toutes les collectivités locales, ici présentes dont je me félicite de la présence de leurs plus hautes autorités. Monsieur le Préfet du Département de Saint-Louis ; 
Monsieur le Président de la commission permanente « Décentralisation et Démocratie locale » de l’AIMF, Maire de la ville de Saint-Louis ;
Je voudrais, au terme de mon propos, remercier et féliciter les membres du comité d’organisation et particulièrement l’ADC qui s’est mobilisée depuis plusieurs mois, pour la réussite de cet événement qui constitue une des premières activités mises en œuvre par la Commission Permanente « Décentralisation et Démocratie locale » de l’AIMF dirigée par le Maire Cheikh Mamadou Abiboulaye DIEYE, que je remercie au passage pour avoir porté son choix sur notre personne pour diriger le comité d’organisation.Je souhaite plein succès à nos travaux et vous réaffirme l’engagement de la ville de Saint-Louis du Sénégal pour mener à bien les activités de la Commission Permanente « Décentralisation et Développement local ». Je vous remercie de votre aimable attention et souhaite plein succès au séminaire.
Mme Aida MBAYE DIENG Adjointe Au Maire de Saint Louis

Discours du Maire de Saint Louis Président de la Commission de "Décentralisation et démocratie locale de L'AIMF
1_Conditions critiques à la participation citoyenne
2_La participation publique
3_Information, consultation et concertation
4_L'école communautaire
5-Document du participant

legende la photoLe suivi des dossiers de coopération, le projet énergie fondation Véolia, et l'installation du correspondant lillois permanent à St. Louis étaient les objectifs de ce déplacement.
Jour 1 : mardi 12 juillet. Dakar-Saint-Louis
Au Sénégal, c'est le début de l'hivernage, il fait chaud, lourd, humide. Sur la route entre Dakar et St. Louis la pluie tombe, orageuse, formant des lacs d'eau rouge dans les ornières de la chaussée. La pluie était attendue, elle reste parcimonieuse et l'herbe est encore rare, léger voile vert sur les bas-côtés. C'est l'orange qui éclate à profusion, dans toutes ses nuances, c'est la saison des mangues que les femmes vendent par tonnes au bord de la route, grappes colorées autour des véhicules à l'arrêt. Il nous faut 6h pour parcourir les 257km qui séparent Dakar de Saint Louis. Nous arrivons à la nuit tombée, le fleuve donne un peu de fraicheur.
Jour 2. Mercredi 13 juillet.
Cheikh Bamba DIEYE, maire de St. Louis et une grande partie de son équipe municipale et de l'ADC (Agence de développement communal) nous reçoivent à l'hôtel de ville. L'accueil est amical, et l'essentiel de notre entretien porte sur la satisfaction qu'il a de savoir que Lille aura désormais un correspondant sur place, pour accompagner la coopération dont il juge qu'elle est importante pour sa ville.
A cette rencontre succèdent des visites de terrain : des projets sur l'utilisation des énergies renouvelables pour l'activité économique essentielle de St. Louis, la pêche et le séchage des poissons ; la maison du patrimoine destinée à devenir maison de la culture et du patrimoine, pour la restauration et l'entretien de l'île, classée au patrimoine mondial par l'Unesco ; la visite de la maison de Lille enfin, vaste complexe offert par Lille à St. Louis peu après la signature du jumelage, dans les années 80, insuffisamment entretenue, et qui pourrait devenir une "maison folie", lieu de valorisation et de promotion culturelle à l'échelle de la vallée du fleuve.

L'AFD (Agence française de développement) va permettre de réaliser, pour les 5 ans à venir, un Plan de Développement Touristique de St. Louis, grâce à un prêt garanti ; PDT qui s'appuie sur les travaux de Lille et de LMCU en matière d'aménagement urbain, et sur la volonté du maire de Saint Louis, inspiré par Lille 2004, de faire de la culture et du patrimoine un élément structurant du développement économique de St. Louis.
A la culture, il ajoute la lutte contre le dérèglement climatique, qui touche particulièrement sa ville, avec une spectaculaire montée des eaux du fleuve qui menace plusieurs quartiers. Philippe Tostain avait pris l'engagement, en décembre dernier, de consacrer la dotation de la fondation Véolia (promotion des énergies renouvelables dans le cadre du marché public de Dalkia) à St. Louis.
Autre dossier, celui de la démocratie participative, très active, avec l'installation du nouveau conseil municipal des enfants Saint Louisien lui-même jumelé avec le CME lillois et tous deux en étroites relations. À un moment où le repli sur soi domine, il est fondamental de conserver et d'amplifier ces liens. Les enfants de Lille et de St. Louis ont tout à gagner à se connaitre : il grandiront dans la conscience de l'autre, qui n'est ni un concurrent, ni un adversaire, mais un concitoyen.

Jour 3 : mercredi 14 juillet
Pas plus de défilé que de flonflons à St. Louis. Au travail ! C'est l'actualité nationale qui domine : le pays est suspendu à l'allocution prévue du président Wade, qui doit clarifier ses propositions après les vives manifestations provoquées par un projet de réforme constitutionnelle contesté. Le maire de St. Louis compte parmi les contradicteurs principaux du président Wade, et l'analogie entre deux maires de grandes villes du Nord opposants à leurs présidents respectifs fait sourire nos hôtes...en ce 14 juillet.
Au programme de la journée : les dossiers de la démocratie participative, avec l'ADC, l'association lilloise Ch'ti Teranga et les quartiers de Moulins/Eaux Claires et Vauban/Diamaguene ; la présentation de la coopération lilloise à la nouvelle directrice du Centre Culturel Français ; l'entretien avec le directeur de l'AFD sur le plan de développement touristique et l'avenir de la Maison de Lille.
Olivier Cleren, ingénieur énergie de la ville de Lille, poursuit ses investigations pour identifier un domaine d'intervention pour la dotation Dalkia/Véolia, avec notamment l'installation des panneaux photovoltaïques sur le lycée Peytavin, en collaboration avec le lycée Baggio.
Les jeunes vidéastes St. Louisiens de Guiss Guiss Adouna (Visions du monde) réalisent, entre autres, des films d'animation et de prévention. Le court métrage réalisé dans le quartier des pêcheurs à Get n'Dar fait la démonstration éclatante des conséquences immédiates du changement climatique. Nous, Lillois, qui en avons une connaissance théorique (et qui sommes parfois tentés de souhaiter un réchauffement !!!), en prenons réellement conscience. Cette contribution St. Louisienne à la pédagogie de notre Agenda 21 lillois est précieuse.
A la nuit tombée, nous sommes reçus à la maison de quartier de Diamaguene, modeste structure en apparence, mais qui réalise un énorme travail d'encadrement social, économique et culturel, avec les faibles moyens dont elle dispose. Problème récurrent au nord et au sud : comment suppléer les missions d'un État qui se désengage ?
Dernier jour : vendredi 15 juillet.
Dernière matinée. Indispensable rendez-vous avec l'antenne technique de la Région Nord Pas de Calais à St. Louis, pour présenter Richard Julian à ses homologues et faire le point de nos dossiers communs, puisque notre coopération est conjointe.
Compte-rendu complet à l'ADC. Bilan de la visite et perspectives pour les mois à venir.
Départ pour Dakar, où nous reprendrons le vol de nuit à destination de Bruxelles. Richard reste à St. Louis.
Par Marie-Pierre Bresson.

> Articles précédents <